Assurance qualité

Introduction

Bien qu’il soit aisé d’apprendre la cartographie avec OpenStreetMap, en maîtriser tous les aspects techniques est une entreprise ardue et de plus longue haleine. Tout le monde commet des erreurs dans OSM, mais cela n’empêche pas le projet de progresser constamment, car même lorsqu’une personne contribue de façon erronée, il se trouve toujours d’autres cartographes OSM pour contribuer et corriger les erreurs. La maîtrise s’acquiert au fil de la pratique d’OSM et avec elle les bonnes façons de cartographier.

Ce chapitre a pour objectif de vous aider à contribuer au mieux au projet OSM. Nous aborderons dans ce chapitre :

  1. L’outil de validation : la présentation détaillée de différentes techniques d’édition avec JOSM pour améliorer la qualité de votre travail.
  2. Les avertissements les plus courants.

En cartographiant d’emblée de façon juste, vous gagnerez toujours du temps.

image

Cette fenêtre d’avertissement vous informe qu’il y a des données suspectes dans le groupe de modifications que vous essayez d’envoyer et que vous devriez revoir les erreurs listées. Il s’agit là d’un exemple de l’approche de contrôle de qualité OSM permettant de créer des données de qualité, d’identifier les objets sans attribut, superposés ou incomplets afin de les corriger.

JOSM comprend un outil de validation, le Validateur de données, qui permet la détection automatique de certains problèmes. Cet outil est très utile pour identifier les erreurs qui vous ont échappé lors de vos éditions. Le Validateur de JOSM identifie deux catégories de problèmes :

  • Erreurs : Il est important de corriger ces types de problèmes, vous ne devez jamais les ignorer. Il peut s’agir par exemple d’objets dupliqués, de lignes ou de polygones superposés.
  • Avertissements : Il s’agit de problèmes également à résoudre, mais qui dans certains cas ne sont pas des erreurs (exemple typique : l’absence de nom pour une rue résidentielle) et peuvent donc être tolérés.

Il convient de remarquer que le Validateur, lorsqu’il est appliqué à une zone de travail étendue, vous signalera tous les problèmes qu’il est à même d’identifier et dont la liste ne se limite pas aux vôtres. L’outil de validation analysera en effet l’intégralité de la couche de données téléchargée et vous signalera tous les problèmes identifiés et non ceux correspondant seulement à vos éditions. Vous pouvez donc voir des problèmes créés par d’autres contributeurs que vous pouvez corriger ou laisser tels quels, l’outil de validation vous permettant de traiter les problèmes un par un.

  1. L’outil de validation

Regardons de plus près comment utiliser l’outil de validation en suivant les étapes qui suivent :

  • Télécharger une section de carte avec JOSM.
  • Si vous ne voyez pas la fenêtre de validation dans le panneau des fenêtres latérales à droite, cliquez sur le bouton bleu « Valider » dans la barre d’outils verticale de gauche.

image

  • Assurez-vous qu’aucun objet ou ensemble d’objets ne soit sélectionnés avant de lancer l’outil de validation. S’il est lancé sur une sélection, la recherche de problèmes sera limitée aux seuls objets sélectionnés et non à tous ceux inclus dans la zone téléchargée.
  • Dans la fenêtre de validation, cliquez sur « Valider ».

image

  • L’aspect de la carte change et un calque de validation OSM est ajouté : les problèmes sujets à avertissement y figurent cerclés de jaune et les problèmes sujets à erreurs en rouge.
  • En même temps, la liste des avertissements et des erreurs détectés par le Validateur s’affiche dans la fenêtre des Résultats de validation.

image

  • Les erreurs doivent toujours toutes être corrigées. Pour cela, on procède objet par objet. Il est recommandé de zoomer sur l’élément sujet à erreur. Pour zoomer, il faut faire un clic droit sur cet élément dans la fenêtre de validation et cliquer sur « Zoomer sur problème^[a]^ ».
  • Certains problèmes peuvent être automatiquement corrigés par JOSM. C’est le cas par exemple des « Nœuds dupliqués ». Des problèmes de ce type, lorsqu’ils sont sélectionnés, rendent le bouton « Réparer » actif.

image

  • Cliquez sur ce bouton pour réparer ces problèmes. La plupart des problèmes devront cependant être corrigés manuellement un par un avec le niveau de zoom pertinent ; répétez pour cela l’opération initiale.

  • La plupart du temps, il y a plus d’avertissements que d’erreurs. Afficher un avertissement est une manière pour JOSM d’indiquer de possibles problèmes. Il convient alors de procéder à l’examen des avertissements un par un pour établir s’il s’agit ou non de problèmes et, si besoin, de les corriger.
  • Si vous jugez qu’un des éléments de la liste des avertissements ne correspond pas à un problème, sélectionnez-le et cliquez sur « Ignorer », l’avertissement sera alors enlevé de la liste.
  • Vous pouvez relancez l’outil de validation à tout moment en cliquant sur « Valider ».
  1. Avertissements les plus courants

A. Chemins non fermés

Un polygone non fermé. Un exemple typique est fourni par les objets bâtiments dont le dernier nœud n’est pas identique au premier.

image

Pour corriger, sélectionnez le premier et le dernier nœud du polygone, allez dans le menu Outils puis cliquez sur « Fusionner les nœuds ».

B. Bâtiments superposés

image

Pour corriger cette erreur, il faudra déplacer les nœuds du premier bâtiment hors de la surface délimitée par le deuxième bâtiment. Si ce sont deux immeubles avec un mur mitoyen, vous pouvez simplement fusionner les nœuds.

C. Nœuds ou chemins sans attribut

Si quelqu’un dessine des points ou des lignes et oublie d’ajouter des attributs, ces objets n’ont aucune signification.

image

Pour corriger cette erreur, sélectionnez l’objet en question et ajoutez les attributs nécessaires ou, si l’objet a été dessiné par erreur, supprimez-le tout simplement.

D. Chemin se terminant à côté d’un autre chemin

Un chemin qui se termine à côté d’un autre chemin sans qu’ils aient un point d’intersection en commun figurera parmi les avertissements. Vérifiez si possible avec l’imagerie satellite si ces deux chemins sont en réalité connectés. À noter qu’un chemin piétonnier rejoignant une route doit y être connecté. Dans certains cas, les deux objets ne sont pas connectés dans la réalité, et cet avertissement n’appelle alors aucune action. Il sert à détecter les chemins qui auraient dû avoir un point d’intersection mais qui sont restés non connectés.

image

E. Chemins se croisant

Ce problème correspond à deux types de situation :

  • Des lignes qui se croisent sans intersection (par exemple des routes). Il convient soit de créer une intersection, soit de préciser que les objets ne s’intersectent pas parce qu’ils ne sont pas au même niveau, en indiquant sur quelles couches ils se trouvent, sachant que, par défaut, tous se trouvent au niveau du sol (attribut layer=0). Un pont aura comme attribut layer=1 ou un tunnel avec layer=-1 et le problème sera réglé.

image

  • Des lignes et des polygones qui se croisent (par exemple une route et un bâtiment). Là encore, soit il faut créer des intersections, soit il faut ajouter des attributs avec la clé layer.

image

OpenStreetMap procède aussi du travail des contributeurs qui éditent et corrigent les erreurs. La validation des données est très importante pour améliorer la carte. Si vous n’avez pas le temps ou l’opportunité d’être sur le terrain avec un récepteur GPS ou d’avoir accès à de l’imagerie satellite, contribuer au projet OSM à travers la correction des données existantes constitue un apport fondamental.

Résumé

Dans ce chapitre sont couverts différents aspects du contrôle de qualité dans OSM. Sont passées en revue différentes manières d’améliorer la qualité des contributions à la base de données. Sont ensuite présentés l’outil de validation de JOSM qui permet d’améliorer la qualité des données OpenStreetMap, les problèmes de validation les plus fréquents qu’il détecte et les solutions pour y remédier. Dans le chapitre suivant, nous allons aborder le Gestionnaire de Tâches de HOT, qui est un bon outil de coordination pour les contributeurs OSM dans le monde.

CC0
Official HOT OSM learning materials